Interview dans le journal « La vie »

Après vingt années passées dans la franc-maçonnerie, Christophe Flipo a découvert le Christ. Et fait ses adieux à ses frères maçons. Désormais convaincu que seul Dieu propose un vrai chemin de bonheur. C’est un chemin progressif qui m’a amené à quitter la franc-maçonnerie. La conversion d’un couple d’amis, Cyrille et Virginie, à Rocamadour, nous a mis en route, Frédérique, mon épouse, et moi, en 2011. Là-bas, nous avons rencontré des chrétiens au service des pèlerins et des touristes. En discutant avec eux, en voyant notamment ces jeunes croyants épanouis, en écoutant les enseignements du recteur du sanctuaire qui nous a accompagnés dans ce cheminement, en appréciant la liturgie du lieu, nous avons vécu un véritable bouleversement. Ce sont les chrétiens et l’Église qui nous ont convertis, par l’exemple. Je ne doute pas que Dieu nous parle à travers les hommes.

2 réflexions au sujet de « Interview dans le journal « La vie » »

  1. Bonsoir. J’ai passé presque 15 ans en maçonnerie ; j’étais bien moins assidu les dernières années, par déception du contenu, du rituélisme théâtral auquel beaucoup ne croyaient pas, surtout aux rites dits écossais, et du manque de réelle fraternité. Après la lecture de nombreux livres et témoignages d’anciens maçons, dont les tiens que j’ai beaucoup appréciés, et un long cheminement spirituel vers l’Église avec l’aide de mon épouse catholique, j’ai fini par quitter la franc-maçonnerie, sans regrets ni esprit de revanche mais conscient de l’incompatibilité profonde entre la foi chrétienne et la gnose syncrétique maçonnique. Merci de m’avoir aidé indirectement à tourner cette page de ma vie pour passer de la loge au Christ.

    1. Bonsoir,
      Merci de votre commentaire. Votre choix est celui de la vraie lumière!
      Je vous remercie à mon tour. Il est aussi utile pour moi.
      Fraternellement en Christ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

45 − = 36